Le blog
Vous aider à rouler en toute sécurité

Un péage urbain prochainement dans les grandes villes de France ?

Péage en Normandie

Alors que le mécontentement lié à la baisse de la vitesse maximale sur le réseau routier secondaire fait toujours la une des journaux, un nouveau sujet va à son tour créer la polémique. Effectivement, la ministre des transports, Elisabeth Borne, a évoqué la mise en place d’un péage urbain dans les grandes agglomérations afin de favoriser le développement urbain durable.

Le péage urbain, une mesure pour l’environnement

Le péage urbain est une des nouvelles mesures phares du prochain projet de loi sur les mobilités de 2018. Pour la ministre, sa mise en place permettra de lutter contre la pollution, notamment la pollution de l’air et le réchauffement climatique. Elle aura également un impact sur la qualité de l’air.

Péage urbain à Londres

Le péage urbain a été mis en place en 2005 dans la belle ville de Londres.

Le péage s’inscrit dans la suite logique des actions menées depuis quelques temps, comme la circulation alternée lors des pics de pollution aux particules fines menée dans Paris et les vignettes anti-pollution créées par Ségolène Royal, l’ancienne candidate à l’élection présidentielle du Parti Socialiste et ancienne ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie.

Réduire le trafic routier

En instaurant un péage routier, le gouvernement souhaite diminuer le nombre de véhicules en circulation dans les grandes agglomérations, comme cela a été le cas dans d’autres villes européennes :

  • À Londres, le trafic a été réduit de 30% d’après un rapport du Transport for London (TFL) de 2007
  • À Milan, une des plus grandes villes d’Italie, il a été réduit de 15% dès la première année, en 2008
  • À Stockholm, la capitale de la Suède, le trafic a été réduit de 22% dès la première année, en 2012

D’autres pays européens ont aussi mis en place le péage urbain, comme à Dublin (Irlande), à Édimbourg (Écosse) ou en encore en Norvège dans les 3 plus grandes zones urbaines (Oslo, Bergen et Trondheim).

Réduire la pollution automobile

Elle est la conséquence de la réduction d’un fort trafic. S’il y a moins de véhicules en circulation, il y aura moins d’émissions de gaz à effet de serre produites par les véhicules. Cette diminution permettra également l’amélioration de la qualité de l’air dans de nombreuses villes, comme cela a été le cas lors de la mise en place de la vignette Crit’Air (certificat de qualité de l’air) dans Paris.

Favoriser des moyens de transport plus écologiques

Avec le péage payant à l’entrée des grandes métropoles, les conducteurs sont incités à prendre d’autres transports urbains pour se déplacer comme les transports collectifs (bus, tramway), le covoiturage, les vélos en libre-service ou l’autopartage. L’achat d’un véhicule émettant moins de polluants atmosphériques est aussi encouragé dans les centres-villes.

Avec ce volet de la loi sur les mobilités, les pouvoirs publics souhaitent mener à bien une politique de lutte contre la pollution. Et sans forcément sanctionner les voitures polluantes.

Les solutions envisagées pour mettre en place le péage urbain

La solution la plus simple serait de taxer les automobilistes, comme c’est le cas en Angleterre. Dans la capitale anglaise, les personnes doivent payer 13 euros environ pour circuler dans le centre de Londres. Même si le péage payant aurait des résultats certains, une nouvelle taxation serait mal perçue aux yeux de la population française. C’est pourquoi l’exécutif semble privilégier une autre solution.

Un péage inversé comme à Lille ?

Le projet lillois de péage urbain sera mis en place à la fin de l’année, pendant 4 ans. À l’instar de certaines villes hollandaises, la Métropole Européenne de Lille souhaite récompenser les riverains qui ne prendront plus le volant, afin de limiter les embouteillages. Les citadins seront rémunérés à chaque fois qu’ils laisseront leur voiture à l’heure de pointe, quand le pic de pollution est souvent le plus élevé. La mesure devrait fluidifier le trafic automobile et le réduisant de 6%.

Si le péage urbain semble bien parti pour être mis en place dans les plus grandes villes de France afin de lutter contre le changement climatique. Mais il sera confronté à de multiples mécontentements.

Plusieurs voix s’élèvent déjà

L’association 40 Millions d’automobilistes a vite via un communiqué de presse sur le sujet. « On sait pertinemment que certains usagers ne peuvent pas se passer de voiture. Donc on va créer une ségrégation entre ceux qui auront les moyens de s’acquitter du péage et pourront continuer à se déplacer sans encombre, et ceux pour qui cette taxe supplémentaire sera celle de trop. »

De même, la maire de Paris, Anne Hidalgo, s’était aussi exprimée sur le péage urbain : « Je ne veux pas qu’il y ait un péage qui interdise aux habitants de la banlieue de rentrer dans Paris ». La Présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, était aussi défavorable à la mise en place du péage payant.

Les personnalités politiques et les conducteurs seront peut-être davantage ouverts à la proposition de loi si le péage urbain récompense au lieu de sanctionne. Réponse dans les prochains mois.

Noudchananh

Mots clés : La conduite écologique

Péage en Normandie

Votre avis

Les champs marqués d'une étoile (*) sont obligatoires.

Panneau des commentaires

Demandez à être rappelé GRATUITEMENT

Votre nom

Votre numéro de téléphone*

Je souhaite être rappelé

*Champ obligatoire