Le blog
Vous aider à rouler en toute sécurité

Tout sur le régulateur et limiteur de vitesse

Régulateur de vitesse pour voiture

Contrairement à ceux que l’on pense, le régulateur et le limiteur de vitesse ne sont pas le fruit des dernières évolutions technologiques du monde de l’automobile. Le premier régulateur de vitesse date des années 40-50. De nos jours, le système est installé dans la majorité des véhicules neufs afin d’apporter toujours plus de confort aux conducteurs … et plus d’insécurité ?

Même si le terme est employé dans la vie de tous les jours, le régulateur de vitesse et le limiteur de vitesse sont singulièrement différents.

Qu’est-ce qu’un régulateur / limiteur de vitesse ?

Il s’agit d’un dispositif permettant de contrôler la vitesse d’un véhicule.

Limiteur de vitesse

Le limiteur de vitesse est différent du régulateur.

Fonctionnement du régulateur / limiteur de vitesse

Le régulateur de vitesse permet de rouler à une vitesse constante. Le plus souvent, il est activé par le conducteur sur autoroute (commande au niveau du volant), où la vitesse maximale autorisée est fixée à 130 km/h. Dès lors, le conducteur n’a plus besoin de rester appuyer sur l’accélérateur mais dès qu’il accélère ou freine, le régulateur se désactive. Le limiteur de vitesse lui permet de s’imposer une vitesse maximale qu’il ne pourra dépasser, sauf en cas d’urgence (appui fort sur la pédale). Il est notamment activé pendant un trajet en ville.

À quoi sert un régulateur / limiteur de vitesse

Le régulateur de vitesse permet aux conducteurs de se concentrer davantage sur la route et son environnement que sur le compteur. Il permet également d’économiser de l’essence en évitant le dépassement de la vitesse autorisée et les infractions pour excès de vitesse. Ce qui est aussi le cas du limiteur de vitesse. Malgré tous ces avantages, ces deux dispositifs ne font pas l’unanimité car ils réduiraient l’attention des utilisateurs.

Un confort au détriment de l’attention ?

À la demande de la Fondation Vinci, Les chercheurs du Centre d’investigations neurocognitives et neurophysiologiques de l’Université de Strasbourg (Ci2N) ont montré que les conducteurs utilisant le régulateur/limiteur de vitesse sont moins vigilants. Ce résultat a deux conséquences.

Une baisse de l’état d’éveil

La maîtrise du véhicule est plus incertaine :

  • Le conducteur réaligne mois souvent la position de son véhicule (- 25%)
  • Sa capacité de réaction en situation d’urgence s’accroit (1 seconde supplémentaire)
  • Son niveau d’éveil est constatée après 30 minutes de conduite (+ 16% avec un limiteur de vitesse / + 25% avec un régulateur de vitesse après 1 heure de conduite)

Une insertion plus difficile dans le trafic

Les comportements risqués sont plus nombreux, notamment pendant les dépassements :

  • Le conducteur reste plus longtemps dans la voie de gauche
  • Il se rabat moins sur la voie de droite
  • La distance entre lui et le véhicule dépassé est moins grande (- 5%) au moment du rabattement

Faut-il interdire les régulateurs et les limiteurs de vitesse ?

La question peut se poser sachant que le régulateur et le limiteur de vitesse sont plébiscités par les conducteurs qui sont 38% à les utiliser. La réponse est bien entendu négative car ces dispositifs apportent un réel plus à la conduite mais ils doivent être utilisés différemment, et non systématiquement.

On peut conseiller aux automobilistes de désactiver le régulateur lorsque le trafic est dense, ou à l’approche de zones spécifiquement signalées, telles que les zones de travaux ou les péages (Professeur André Dufour, responsable de l’étude)

Les deux dispositifs ne doivent pas remplacer le conducteur, qui doit maintenir sa vigilance au volant.

Noudchananh

Mots clés : La conduite citoyenne

Symbole du régulateur de vitessee

Votre avis

Les champs marqués d'une étoile (*) sont obligatoires.

Panneau des commentaires

Demandez à être rappelé GRATUITEMENT

Votre nom

Votre numéro de téléphone*

Je souhaite être rappelé

*Champ obligatoire