Les pratiques pour s'installer au poste de conduite
Publié le: 02/11/2021 | Modifié le: 20/06/2022

Conduire est une tâche qui demande de la concentration et donc une bonne installation au poste de conduite afin d’éviter toute fatigue et mauvaise position. Des repères simples peuvent vous aider à vous installer parfaitement derrière le volant, que ce soit au niveau de vos jambes, de votre siège ou encore de votre dos et ainsi réussir l’examen de conduite.

L’installation au poste de conduite fait partie des éléments jugés par l’inspecteur lors de l’examen du permis, à l’épreuve pratique qui se déroule après l’obtention du code de la route. C’est pourquoi il est primordial pour vous de bien s’exercer lors de vos heures de conduite avec le moniteur ou sur un simulateur si votre auto-école en possède un (privilégiez tout de même la pratique en voiture).

Les vérifications à effectuer au niveau des jambes

Lorsque que vous vous installez au poste de conduite, la première chose que vous devez faire est de régler la distance entre le siège et les pédales. À l’aide de la manette située en dessous du siège, il faut avancer ou reculer le siège afin que la jambe gauche soit semi-fléchie au moment du débrayage (pédale d’embrayage entièrement enfoncée). Cette opération doit se faire talon au sol.

Les réglages à effectuer au niveau du siège

Bien régler votre siège est indissociable à une bonne installation au poste de conduite. En effet, ce réglage vous permettra d’assurer une visibilité optimale et donc, de conduire en toute sécurité. Pour cela, vous devez régler la hauteur du siège de manière à voir la route. Une manette située sur le côté vous permet de trouver la meilleure solution.

De même, selon votre morphologie, vous devrez régler le volant en hauteur et en profondeur afin que :

  • Il ne se trouve pas dans le champ de vision du conducteur

  • Vous puissiez voir toutes les informations affichées sur le tableau de bord

Vous pourrez ainsi poser correctement vos mains sur le volant.

Les vérifications à effectuer au niveau du dos

Le réglage de l’inclinaison du dossier a aussi son importance : il vous évitera de mauvaises postures et donc une fatigue supplémentaire. Comme cela a été probablement dit pendant votre formation pratique à l’école de conduite, vous devez pouvoir poser la paume de la main droite sur le haut du volant, le bras doit être semi-fléchi. Les épaules doivent rester collées au dossier.

Pensez également à ajuster l’appui-tête, le haut de ce dernier devant se trouver à hauteur du haut de votre tête. De nombreux candidats oublient souvent de le faire à l’examen pratique. À tort car l’ajustement de l’appui-tête est essentiel pour votre sécurité, notamment en cas d’accident routier. De ce fait, l’examinateur pourrait ne pas vous attribuer de point.

Les réglages à effectuer pour accéder au tableau de bord

Une bonne installation au poste de conduite doit vous permettre d’atteindre les commandes autour du volant facilement sans avoir les bras tendus. Pour cela, faites des actions rapides sur les commandes pour voir si vous pouvez le faire. Si ce n’est pas le cas, vous devez de nouveau régler votre siège.

Une fois l’installation au poste de conduite terminée

Il ne vous reste plus qu’à régler les rétroviseurs avant de boucler votre ceinture de sécurité :

  • Intérieur : vous devez pouvoir voir l’ensemble de la vitre arrière

  • Extérieurs : vous devez pouvoir voir les poignées de porte dans le coin

Vous voici bien installé au poste de conduite (du moins, de manière théorique). Il ne vous reste plus qu’à le mettre en pratique lors de cours de conduite, effectués après l’examen du code, avec vos moniteurs pour bien la maîtriser. Vous pouvez aussi vous entraîner chez vous auprès d’un accompagnateur expérimenté possédant le permis B si vous souhaitez davantage pratiquer. Le simulateur de conduite peut être utilisé mais en dernier choix.

Une fois la formation à la conduite terminée, vous pourrez ainsi tenter l’obtention du permis.

Bonne route !

Récapitulatif du permis dit « probatoire »

Le permis probatoire est le permis que vous obtenez lorsque vous réussissez l’examen théorique et pratique du permis. Pendant votre période probatoire (2 à 3 ans selon votre apprentissage de la conduite), vous aurez un capital de points réduit (entre 6 à 12 points). Vos points augmenteront automatiquement. En tant que jeune conducteur, vous serez soumis à une réglementation différente, et notamment au niveau des limitations de vitesse (par exemple, 110 km/h au lieu de 130 k/h sur autoroute. Le code de la route reste identique, même avec votre nouveau permis.

Pour aller plus loin

commentaires ( 0 commentaires)

commentaires ( 0 commentaires)

Il faut vous connecter pour commenter les articles

Toutes les informations pour passer le code de la route avec La Poste